Union Nationale des Locataires Indépendants
UNLI
Accueil
UNLI
Actualités
UNLI
Presse
UNLI
Informations pratiques
UNLI
Handicap
UNLI
Ecolocataires
UNLI
Associations
UNLI
Contacts
Nos communiqués
Revue de presse
 
Connectez-vous
 
UNLI
Presse  > Revue de presse
UNLI

Nanterre : l’association de locataires veut un bâtiment « Simone Veil »

Le Parisien du 28 juillet 2017


Trois bâtiments d’un nouvel ensemble portent le nom de résistants et de déporté. Les habitants militent pour que le dernier ait celui de celle qui a été aussi une grande féministe.

L’union nationale des locataires indépendants de Nanterre (UNLI) a demandé à l’Office public de l’habitat (OPH) l’attribution du nom de Simone Veil, décédée la 30 juin, à un bâtiment. L’association propose ce nom pour la future résidence construite par Kaufmann & Broad, dans le quartier du chemin de l’île/Hoche.

Le dernier conseil d’administration de l’OPH a voté pour les noms de Germaine Tillion, grande résistante, de Lucien Ducastel, déporté car communiste pendant la Seconde Guerre mondiale, et de Vincent Pascucci, ancien résistant et grande figure de Nanterre décédé le 8 mars dernier, attribués aux trois nouvelles résidences du même quartier.

La résidence située dans la rue Germaine Tillion, construite en 2015, actuellement dite Hoche-Avenir s’appellera désormais résidence Germaine Tillion. La résidence « Hoche-Doucet » construite en 2013 à l’angle de la rue André Doucet et de l’avenue Hoche est nommée résidence Lucien Ducastel. Le bâtiment en cours de construction à l’angle de l’avenue Hoche et du boulevard de la Seine dont la fin des travaux est prévue pour 2018 portera le nom de résidence Vincent Pascucci.

Des immeubles avec 60 % d’habitations privées et 40 % de logements sociaux

L’UNLI souhaite donc que le quatrième bâtiment neuf du secteur prenne le nom de Simone Veil. Il s’agit de l’immeuble qui sera situé le long de la future voie nouvelle qui longera la résidence historique Komarov, déjà gérée par l’OPH de Nanterre. La fin du chantier est prévue pour 2018-2019.

« Nous profitons de l’opportunité de cet immeuble pour lequel il n’y a pas encore de proposition de nom pour soumettre celui de Simone Veil », explique Alexandre Guillemaud, président de l’UNLI Nanterre. « Nommer ce bâtiment Simone Veil serait une belle occasion de rester dans l’esprit de l’hommage aux grands résistants et déportés français qui est fait dans le quartier Hoche », poursuit-il.

Les quatre bâtiments en question sont mixtes : ils abritent 60 % d’habitations privées et 40 % de logements sociaux, conformément au PLU de la ville. Chaque immeuble comporte une entrée pour les logements privés et une autre pour les logements publics. Les noms ainsi choisis concernent la partie publique de ces résidences.

UNLI

Nanterre : une marche blanche pour les enfants défenestrés

Le Parisien du 21 avril 2017

Le 18 mars dernier, un garçonnet de deux ans et demi a fait une chute mortelle du 15e étage d’une tour du quartier des Fontenelles. Des locataires ont lancé une pétition exigeant la «sécurisation des fenêtres» du quartier.

Ils se rassembleront avec des bougies et des fleurs pour une marche blanche organisée à l’initiative de l’association Les gamins «en souvenir des enfants défenestrés », ce samedi après-midi à Nanterre, dans le quartier du Parc sud. Le dernier drame s’est produit le 18 mars dernier. Un garçonnet de deux ans et demi a fait une chute mortelle du 15e étage d’une tour du quartier des Fontenelles.

 

Des locataires ont lancé à la suite de ce terrible accident une pétition exigeant la « sécurisation des fenêtres des logements situés dans le quartier Parc-Sud de Nanterre », texte signé par plus de 400 personnes. Et l’Union nationale des locataires indépendants (UNLI) a écrit aux bailleurs sociaux de la ville pour trouver une solution pérenne afin de davantage sécuriser les fenêtres. Elle prévoit aussi des actions de prévention à destination des familles.

UNLI

Clamart lance le logement social à points

Le Parisien du 8 janvier 2017

Partout en Ile-de-France, décrocher un appartement relève souvent du chemin de croix. Avec, souvent, des soupçons de favoritisme, lorsque le demandeur se voit notifier un refus. Pour tenter d’y remédier, l’office HLM de Clamart a décidé de mettre en place, ce mois de janvier, un système d’attribution à points. Comme à Rennes (Ille-et-Vilaine), Palaiseau (Essonne), et dans plusieurs arrondissements de Paris.

« Très souvent, les demandeurs ne comprennent pas pourquoi pas ils n’ont pas obtenu leur logement, car ils considèrent leur situation très urgente », justifie le maire (LR) et président de Clamart Habitat, Jean-Didier Berger. L’élu avait fait de cette mesure une promesse de campagne en 2014. « Compte tenu de ce qui s’est passé dans notre ville, ce système apportera une garantie de transparence pour le public », assure-t-il. Allusion à la condamnation de l’ex-maire (PS) et sénateur, Philippe Kaltenbach : en 2015, poursuivi pour avoir reçu de l’argent en échange de l’attribution d’un logement HLM, il a écopé de deux ans de prison, dont un ferme. Décision qu’il contestera en appel à Versailles, en mai prochain.

 Désormais, chaque demandeur se verra attribuer un nombre de points selon une trentaine de critères. Et si sa demande est refusée, il saura quel est le score de la personne qui a décroché le logement à sa place.

 

Au conseil d’administration de Clamart Habitat, la grille à points a convaincu les représentants des locataires. « C’est une mesure qui permet de chiffrer le véritable degré d’urgence de la demande, apprécie Marcelle Moussa, présidente de l’antenne de l’UNLI (Union nationale des locataires indépendants). Parfois, quelqu’un peut avoir une demande de logement très ancienne, mais il n’a pas forcément un besoin urgent. » De son côté, le groupe d’opposition Clamart Citoyenne appellait à la mise en place de ce système « transparent » depuis trois ans. « À condition, bien sûr, que sa mise en œuvre soit, elle aussi, transparente », prévient Pierre Carrive, qui regrette néanmoins que l’opposition n’ait pas été associée.

UNLI

L'UNLI dans La Quotidienne sur France 5

 

 

Ce midi, Michel VENEAU, président-fondateur de l'UNLI, intervenait en tant qu'expert dans l'émission La Quotidienne de France 5 sur le thème "Locataires, propriétaires, quels sont nos droits ?"

 

UNLI

Les aides au logement

Le figaro du 24 juillet 2012 - Les aides moins efficaces

Les aides sociales au logement, qui constituent la plus importante prestation en faveur des ménages modestes, ont perdu en efficacité au cours de la dernière décennie et semblent désormais déconnectées de la réalité du marché du logement, souligne un rapport publié mardi.

Ce rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas), réalisé entre juillet 2011 et mars 2012 avec le concours de la Direction de la sécurité sociale et du ministère du Logement, rappelle que les aides au logement bénéficient à plus de 6,3 millions de personnes. Elles représentent un coût de près de 16 milliards d'euros pour l'Etat, et un montant mensuel moyen de 212 euros. Il s'agit donc de la prestation la plus importante versée aux ménages modestes et pauvres, souligne le rapport.

Mais leur efficacité s'est "détériorée au cours de la dernière décennie", pointe le rapport. En effet, la revalorisation du barème des aides n'a globalement pas suivi l'évolution des prix et des loyers, si bien que certains ménages supportent aujourd'hui "des taux d'effort prohibitifs".

En outre, le montant des prestations est instable et imprévisible pour les bénéficiaires dont les ressources sont précaires, puisqu'il baisse par exemple "brutalement" en cas de reprise d'activité, dénonce le rapport. "D'un mois sur l'autre, les montants peuvent passer de 300 à 200 euros sans que l'allocataire n'ait pu anticiper la baisse", a souligné lors d'un point presse Olivier Veber, membre de l'Igas.

Pour rendre le système plus efficient, les auteurs préconisent plusieurs évolutions.
Par exemple, "dans le parc privé, le barème devrait mieux prendre en compte les zones où les bénéficiaires supportent aujourd'hui des taux d'effort très élevés", estime le rapport. Les auteurs évoquent aussi le cas particulier des étudiants. Selon eux, "le cumul de l'aide personnelle au logement avec un avantage fiscal pour sa famille pose une question d'équité".

Comme l'avait envisagé en 2010 Nicolas Sarkozy, le rapport propose donc "que le choix de demander une aide personnelle au logement exclurait pour la famille la possibilité de rattacher le bénéficiaire à son foyer fiscal". Deux exceptions seraient toutefois prévues, "pour les étudiants poursuivant des études dans une autre agglomération que celle du foyer fiscal de leurs parents, ainsi que pour les étudiants boursiers".

Pour la mission, ces solutions permettraient "des économies substantielles".
Les auteurs du rapport s'attardent aussi sur la non-décence de certains logements. Pour eux, il apparaît nécessaire de prévoir que la suspension de l'aide au logement ait "un rôle incitatif pour les bailleurs et les conduise à effectuer les travaux nécessaires".

La ministre du Logement Cécile Duflot, destinataire du rapport avec la ministre déléguée à la famille Dominique Bertinotti et la ministre déléguée chargée de la lutte contre les exclusions Marie-Arlette Carlotti, a estimé que tout en encadrant les loyers des logements privés, le gouvernement voulait améliorer ces aides. "La moitié des bénéficiaires vivent avec des revenus inférieurs au seuil de pauvreté", a-t-elle rappelé. Mme Carlotti a de son côté souligné que le rapport servirait de "base" pour préparer la conférence sur la pauvreté et l'exclusion prévue à l'automne.

 

- Les Assises Nationales 2017 Lire la suite
 

Indice de référence des loyers

2ème trimestre 2017

+ 0,75 %

126,19
1er trimestre 2017
+ 0,51 %
125,90
4ème trimestre 2016

+ 0,18 %

125,50
3ème trimestre 2016 + 0,06 %
125,33
2ème trimestre 2016 + 0,00 % 125,25
Ecolocataires dans le magazine Regard sur
L’UNLI agréée association de consommateurs
L'UNLI, au service des locataires
Election à la Fédération des OPH
L'UNLI vous présente ses meilleurs vœux pour 2017
Ecolocataires : Installation de composteurs
©UNLI - Réalisation ABSONET SARL & AMANITE CREATIVE - Mentions légales - Contact
Avertissement sur la nature et l'usage des informations
Les informations exposées sur le site unli.fr ne présente qu’un caractère documentaire et de vulgarisation. Elles n’exemptent en aucune façon d’avoir recours à l'avis d'un professionnel du droit. Elles peuvent, malgré toute l’attention portée à leur rédaction, comporter des erreurs, omissions ou approximations ou ne pas avoir été mises à jour.