Union Nationale des Locataires Indépendants
UNLI
Accueil
UNLI
Actualités
UNLI
Presse
UNLI
Informations pratiques
UNLI
Handicap
UNLI
Ecolocataires
UNLI
Associations locales
UNLI
Contacts
Nos communiqués
Revue de presse
 
Connectez-vous
 
UNLI
Presse  > Nos communiqués
UNLI

Communiqué - Demande du gel des loyers au Président de la République

Le Président national de l'UNLI a écrit au Président de la République, Emmanuel MACRON, pour demander le gel des loyers en 2021.

Par courrier en date du 29 octobre courant, l’Union nationale locataires indépendants (UNLI) demande au Président de la République, Monsieur Emmanuel MACRON, l’application du gel des loyers, pour les logements sociaux, en 2021.

Chaque année, les bailleurs sociaux peuvent décider d’augmenter ou non les loyers de leurs locataires en fonction de l’indice de révision des loyers (I.R.L), fixé par l’INSEE.

Lors de son intervention télévisée, le Président de la République a exprimé sa volonté de protéger les français notamment les plus fragiles au niveau économique, c’est dans ce sens que l’UNLI demande le gel des loyers, dans les logements sociaux, pour l’année 2021. Cette mesure permettra aux français de pouvoir respirer un peu financièrement et notamment au vu des augmentations des tarifs de autres frais courant (électricité, gaz, assurances, etc…)

Les administrateurs UNLI représentant les locataires, au sein de chaque conseil d’administration des bailleurs sociaux, portent déjà cette demande en ce sens afin de donner une petite aide financière aux locataires français. Plusieurs bailleurs sociaux ayant déjà accepté notre revendication !


Courrier au Président de la République

UNLI

Communiqué - Les prix de l’électricité et du gaz augmentent à nouveau !

Les prix de l’électricité et du gaz augmentent à nouveau !


Le 1er août dernier, les tarifs réglementés de l’électricité et du gaz ont augmenté pour les ménages français respectivement de 1,55 % et de 1,3 % avec l’accord du Gouvernement. Ces augmentations impactent lourdement les français alors que, pendant ce temps, les salaires et les retraites ne suivent pas cette même courbe.
Cette hausse, ajoutée à l’augmentation de 7,2 % en 2019, va se traduire à une hausse de 200 € pour les ménages chauffés à l’électricité. En 10 ans, l’électricité aura augmenté de plus de 50 % !

L’UNLI déplore cette hausse des tarifs, en pleine crise de la Covid-19, qui va donc, à nouveau, réduire le pouvoir d’achat des consommateurs français alors que la France vient de rentrer en récession à la suite de la chute du PIB de notre pays.
Nous nous étonnons aussi de voir peu de syndicat critiquer cette décision gouvernementale. Il est vrai que cette hausse des tarifs, subie par les consommateurs, se traduit aussi par une augmentation des subventions au comité d’entreprise d’EDF géré par les syndicats.

L’UNLI demande au Gouvernement de limiter la hausse des tarifs d’EDF à celle des salaires et des retraites !

UNLI

Communiqué - Pour la suspension des loyers des professionnels par les bailleurs sociaux !

Pour la suspension des loyers des professionnels par les bailleurs sociaux !

De nombreux commerçants, artisans ou professions libérales sont installés dans des locaux loués par des organismes de logements sociaux. Ils contribuent à l’animation sociale et commerciale des quartiers où ils sont installés et sont un facteur de lien social pour les populations parmi les plus défavorisées.

Compte tenu des mesures de confinement destinées à lutter contre le virus #COVID19, de nombreux professionnels ne sont pas autorisés à exercer leurs activités, se retrouvent confrontés à des difficultés économiques et risquent de ne jamais rouvrir leurs boutiques.

Afin de limiter les conséquences financières pour les professionnels concernés et de permettre à de nombreuses résidences de voir leurs commerces continuer à vivre dans l’intérêt des locataires, l’UNLI demande à tous les bailleurs sociaux de suspendre les loyers des professionnels visés par les mesures de confinement.

De même, l’UNLI demande aux bailleurs sociaux d’aider les locataires qui auraient des difficultés à payer leur loyer en cas de chômage partiel obligatoire.

UNLI

Le prix de l’électricité augmente encore !

Le prix de l’électricité augmente encore !

Le 1er février prochain, le tarif réglementé de l’électricité va augmenter pour les ménages français à hauteur de 2,4 % avec l’accord du Gouvernement.

Cette augmentation impacte lourdement les français alors que, pendant ce temps, les salaires et les retraites ne suivent pas cette même courbe.

Cette hausse, ajoutée à l’augmentation de 7,2 % en 2019, va se traduire à une hausse de 200 € pour les ménages chauffés à l’électricité. En 10 ans, l’électricité aura augmenté de plus de 50 %.

L’UNLI déplore cette hausse des tarifs qui va donc encore réduire le pouvoir d’achat des consommateurs français.

Nous nous étonnons aussi de voir peu de syndicat critiquer cette décision gouvernementale. Il est vrai que cette hausse des tarifs, subie par les consommateurs, se traduit aussi par une augmentation des subventions au comité d’entreprise d’EDF géré par les syndicats.

L’UNLI demande au Gouvernement de limiter la hausse des tarifs d’EDF à celle des salaires et des retraites.

UNLI

1er juillet 2019

Encadrement des loyers à Paris

Dès aujourd’hui, les loyers sont encadrés au sein du parc locatif privé parisien pour une durée test de 5 ans. Cela concernant uniquement les nouveaux et renouvellements de baux, signé à partir de ce jour.

L’UNLI est favorable à une maitrise du montant des loyers afin de permettre au plus grand nombre de pouvoir se loger dans la capitale et éviter qu’une catégorie de population, qui n’a pas accès au logement social, n’aie d’autres choix que se tourner vers la banlieue parisienne ou la province. Ce dispositif d’encadrement des loyers devrait permettre à de nombreux ménages de trouver un logement correspondant à leurs revenus.

Mais, cette mesure présente aussi des aspects dangereux notamment pour l’investissement locatif et les travaux de rénovation dans les immeubles en location. Les prix de l’immobilier à Paris, à l’achat, continuant à augmenter, les propriétaires effectueront moins de travaux dans les logements et les immeubles locatifs et les investisseurs privilégieront les communes n’ayant pas encadré les loyers. Par ailleurs, certains bailleurs préfèreront risquer de se tourner vers la location saisonnière (type AirBnB) qui n’est pas concernée par cette mesure d’encadrement des loyers.

Cette mesure devrait faire l’objet, dans un délai d’un an, d’un bilan afin de mesurer les effets positifs et négatifs sur le secteur locatif parisien.

Pour précision, une autre mesure permet déjà de contrôler les augmentations de loyers, il s’agit de l’indice de référence des loyers qui est fixé par l’INSEE et peut-être modulé, en fonction des départements, par arrêté préfectoral.

L’UNLI va donc suivre attentivement l’application de cette mesure et espère que le côté positif sera prépondérant sur les côtés négatifs.

UNLI

12 novembre 2018

La démocratie triomphe !

Tous les 4 ans, les locataires du secteur social sont appelés à élire leurs représentants dans les conseils d’administration des organismes de logements sociaux. Il s’agit d’un scrutin de listes. Mais, la loi « égalité et citoyenneté » de janvier 2017 a limité la liberté de présentation aux seules associations représentées dans trois organismes nationaux (article L. 421-9 du code de la construction et de l’habitation).

L’Union Nationale des Locataires Indépendants (UNLI), via l’association de locataires Vivre Mieux à Plaine Commune Habitat (VMPCH), a déposé une liste de candidats chez le bailleur Plaine Commune Habitat avec le soutien et l’affiliation de la fédération nationale Famille de France. En 2014, VMPCH avait obtenu deux élus au sein du conseil d’administration du bailleur.

La Confédération Nationale du Logement (CNL), mécontente de la présence de cette dernière, a donc demandé l’invalidation de la liste au motif que son affiliation à l’UNLI et à la fédération nationale Familles de France ne serait pas avérée. En réalité, la CNL voulait écarter cette association afin de, comme le déclarait son avocat, récupérer la part de subvention annuelle que cette association indépendante peut espérer percevoir.

Aujourd’hui, le tribunal d’instance de Saint-Denis a débouté la CNL de toutes ses prétentions et a confirmé l’éligibilité de la liste VMPCH au conseil d’administration de Plaine commune Habitat (93).

C’est une victoire pour la démocratie associative et toutes les associations indépendantes de locataires et notamment les 400 candidats présentés par l’UNLI dans toute la France !

UNLI

17 août 2017

L’UNLI agréée association de défense des consommateurs dans les Hauts-de-Seine

Le 8 août dernier, le Préfet des Hauts-de-Seine vient de délivrer par arrêté l’agrément « association de défense des consommateurs » à l’association Union Nationale des Locataires Indépendants (UNLI).

Cet agrément permet notamment à l’UNLI d’exercer les actions en justice comme le prévoit l’article L. 811-1 du Code de la Consommation depuis le 14 août et pendant une durée de 5 ans renouvelable.

Comme depuis sa création en juin 1983, l’UNLI continue de défendre et informer les locataires et les consommateurs altoséquanais afin que leurs droits soient au mieux respectés dans le département.

UNLI

14 mars 2017

L’UNLI interpelle les candidats à l’élection présidentielle

L’UNLI, par la voix de son président national Michel VENEAU, a adressé aujourd’hui aux candidats à l’élection présidentielle ayant obtenu leurs 500 parrainages une lettre ouverte concernant les articles L.421-9, L.422-2-1 et L.481-6 du code de la construction et de l’habitation issues de la loi « Egalité et Citoyenneté ».

Ces articles interdisent aux associations indépendantes de locataires de présenter des listes aux élections des représentants de locataires dans les organismes de logements sociaux.

Ces dispositions anti-démocratiques reviennent sur la liberté de représentation des locataires instituée il y a près de 35 ans. Imaginez que ne puissent se présenter aux élections politiques que les candidates issus d’une liste fixée par le gouvernement. Dans quel régime serions-nous ?

L’UNLI demande, au nom de toutes les associations indépendantes de locataires, aux candidats de s’engager à revenir, s’ils sont élus Président de la République Française, sur ces mesures avant les prochaines élections de locataires qui auront lieu entre le 15 novembre et le 15 décembre 2018.

UNLI

20 septembre 2016

L'UNLI se félicite de l’extension des cautions VISALE

 Le 30 septembre 2016, les cautions VISALE, qui permettent de garantir le paiement des loyers, seront étendues à tous les jeunes de moins de 30 ans sans condition d'emploi. Ainsi, les jeunes de moins de 30 ans voulant se loger pourront avoir une sécurité à présenter aux bailleurs : la sécurité de revenus locatifs pour ce dernier.

 Grâce à l'engagement d'Action Logement, les discriminations faites aux jeunes par certains bailleurs sur les garants sont maintenant terminées. En deux jours, les futurs locataires déposent leur dossier et reçoivent la réponse d'acceptation ou de refus à leur demande.

 Depuis sa création au début de l'année 2016, déjà plus de 3 500 locataires ont pu bénéficier de ce service et ainsi rassurer leur propriétaire. Nous espérons que de plus en plus de locataires jeunes grâce à ce système et son extension à tous les jeunes de moins de 30 ans !

UNLI

12 septembre 2016

L'UNLI est candidate à la Fédération des OPH

 Pour la 3ème fois, l'association des locataires, l'Union Nationale des Locataires Indépendants (UNLI), présente une liste de locataires à l'occasion du renouvellement des membres du conseil fédéral, collège locataires, au sein de la Fédération des Offices Publics de l'Habitat (OPH).

 La liste de l'UNLI se veut de rassembler les nombreux administrateurs indépendants et se faire leur porte-parole au sein de la Fédération des OPH et de son conseil fédéral. L'UNLI s'engage à informer régulièrement les administrateurs des locataires de toutes les décisions et positions prises par la Fédération des OPH.

 La Fédération des OPH est dirigée par un bureau et par un conseil fédéral comportant 63 membres dont seulement 6 administrateurs représentant les locataires.

 L'UNLI présente ainsi une liste de candidat représentant les locataires aux quatre coins de la France : Hauts-de-Seine, Meuse, Alpes-Maritimes, Yvelines, Morbihan, Seine Saint-Denis… Autant de départements qui seront représentés au sein du conseil fédéral !

 L'élection se déroule par correspondance et en un tour. Les électeurs recevront le matériel électoral par courrier autour du 21 septembre et auront jusqu'au 12 octobre pour voter. Dépouillement le mardi 18 octobre !

UNLI

4 décembre 2014

Victoire de l'UNLI à Hauts-de-Seine Habitat !

Tous les 4 ans les locataires des bailleurs sociaux sont appelés à élire leurs représentants dans les conseils d'administration de ces organismes.

Pour Hauts-de-Seine Habitat, principal bailleur social des Hauts-de-Seine, le scrutin a eu lieu le 2 décembre 2014. Sur les 27 863 locataires électeurs de Hauts-de-Seine Habitat seulement 18,19 % se sont exprimés.

L'UNLI, présidée par Michel VENEAU, est arrivée en tête de ce scrutin à la proportionnelle avec plus de 29 % (contre 22,4 % en 2010) et obtient deux des cinq sièges devant la CGL, la CNL et la CLCV.

Michel VENEAU (Meudon) et Marie-Claude KINPYNECK (Bois-Colombes) représenteront désormais, pour l'UNLI, les locataires au conseil d'administration de Hauts-de-Seine Habitat.

C'est une victoire importante pour l'UNLI qui est récompensée de son engagement pour la défense des intérêts et son écoute des locataires depuis 30 ans.

UNLI

19 juillet 2012

Blocage des loyers

Dans le principe l’Union Nationale des Locataires Indépendants (UNLI) est favorable à toutes les mesures qui bénéficient aux locataires.

Le blocage des loyers peut avoir des effets favorables dès lors qu’il ne déstabilise pas l’équilibre entre les droits légitimes des locataires et ceux des bailleurs.

Or, la difficulté aujourd’hui est la pénurie de logements. Si l’offre est forte, les loyers sont contenus.

Si la mesure de blocage des loyers dissuade l’investissement dans le logement locatif, la mesure risque d’avoir un effet d’aggravation de la pénurie et donc à terme d’être contraire aux intérêts des locataires et des candidats à la location.

Cette mesure est une application de la loi du 6 juillet 1989 (article 18) qui prévoit déjà que dans les zones où l’évolution des loyers est anormale par rapport au marché locatif, le Gouvernement peut par décret fixer le montant maximum d'évolution des loyers des logements vacants et des contrats renouvelés.

L’UNLI attend avec intérêt la publication du décret annoncé par la ministre et sera particulièrement attentive aux conditions d’application qui seront fixées pour ne pas se transformer en boomerang contre les locataires.

UNLI

2 juillet 2012

L'UNLI s'indigne de la polémique actuelle !

 

Suite à l'article paru dans Le Parisien du 2 juillet 2012, l’Union Nationale des Locataires Indépendants (UNLI) s’indigne de la polémique sur l’occupation des HLM qui consiste à stigmatiser des locataires aux revenus moyens et ne tient pas compte de la réalité du secteur social.

Il convient de rappeler que dans le secteur social il existe plusieurs catégories de logements (PLAI, PLUS, PSR, ILM et ILN). Pour chaque catégorie un plafond de ressources différent doit être impérativement respecté pour obtenir l’attribution d’un logement. Le prix de location, pour chaque catégorie, est aussi différent. La généralisation est donc caricaturale et ne correspond pas à la réalité.

Par ailleurs, en cas de dépassement du plafond de la catégorie un supplément de solidarité est appliqué qui a obligé de nombreux locataires à quitter leur logement social.

En outre, pour faire face à la pénurie de logements sociaux la loi Boutin a baissé les plafonds de ressources empêchant de nombreux demandeurs de logements d’accéder au logement social.

Les catégories de ménages aux revenus moyens n’ont donc plus accès au logement social, ne peuvent pas acheter compte tenu des prix pratiqués notamment en région Ile-de-France et à Paris, et rencontrent de très grandes difficultés pour louer dans le secteur privé notamment dans les zones tendues, les propriétaires exigeant 4 fois le montant du loyer en revenus et fixant des loyers prohibitifs.

Ce n’est pas un choix pour les ménages aux revenus moyens de vivre dans des logements sociaux mais une obligation.

Les chasser des logements sociaux et les repousser loin des centres villes, c’est créer des ghettos avec d’un côté les familles aisées et d’un autre les plus pauvres. C’est à terme créer une situation explosive entre ces ghettos.

L’UNPI en lançant cette polémique traduit la crainte des propriétaires qui ne peuvent augmenter les loyers à leur guise.

UNLI

Le 19 janvier 2012

Remise de prixL'UNLI RECOMPENSEE !



L’Union Nationale des locataires indépendants (UNLI) développe le concept de l'Eco-locataire Il consiste à mobiliser les locataires sur les gestes quotidiens en faveur de l'environnement notamment en limitant la consommation d'énergie et d'eau Ces gestes ont, par ailleurs, une influence directe sur les charges supportées par les locataires.

Dans le cadre du concours lancé par la Société COCA-COLA, l'UNLI a présenté un projet consistant à sensibiliser les locataires du secteur social du Plessis Robinson sur le tri des déchets ménagers.
Il s'agit, en concertation avec l'OPDH 92 et les locataires, d'implanter au bas des immeubles des composteurs des déchets verts.
Ce geste, éco-citoyen, réduira sensiblement le volume des déchets ménagers et contribuera ainsi à la réduction de gaz à effet de serre.

Au cours d'une cérémonie le 19 janvier 2012 en présence de Philippe PEMEZEC, Maire du Plessis-Robinson, la Société COCA-COLA a récompensé ce projet et remis à Michel VENEAU, Président de l'UNLI, une subvention pour sa réalisation.

UNLI

Le 19 décembre 2011

Le Sénat examine le 20 et le 21 décembre prochain le projet de loi renforçant les droits, la protection et l'information des consommateurs. Ce texte comporte de nombreuses dispositions qui concernent directement les locataires (article 2 et suivants). Ce projet de loi améliore sensiblement la législation qui régit les rapports entre locataires et bailleurs notamment en ce qui concerne l’état des lieux, le cautionnement, le remboursement du dépôt de garantie et le délai de résiliation du bail par le locataire dans les zones où la demande de logement est pressante et tendue. Par ailleurs, il permet de rectifier les erreurs relatives à la surface du logement loué et ainsi adapter le loyer à la surface réelle du logement. Toutefois, l’UNLI regrette que le texte de la commission du Sénat ait supprimé la disposition introduite par l’Assemblée Nationale dans le texte du Gouvernement qui prévoyait l’établissement d’une grille de vétusté. Cette dernière était susceptible de limiter les conflits entre locataires et bailleurs en fin de contrat sur les éventuels travaux de remise en état du logement.

L’UNLI regrette que ce projet de loi ne soit pas l’occasion d’améliorer le dispositif de vente des logements sociaux à leurs occupants en limitant le prix de vente à celui des opérations d'accession social qui est encadré réglementairement.

En effet, le code de la construction et de l’habitation prévoit que les logements anciens mis en vente par les offices de l’habitat (anciens office d’HLM) sont évalués par les services de France Domaine en prenant pour base le prix d’un logement comparable dans le même quartier. Or, ces évaluations sont très supérieures au prix des logements neufs vendus dans le cadre des opérations d’accession sociale dans les zones tendues et notamment dans l’agglomération parisienne.

UNLI

15 mars 2011

L’Assemblée nationale va examiner à compter le projet de loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion.

 

  1. La France connaît certes une crise du logement grave qui laisse des familles sans logement et d’autres à vivre dans des conditions de logement indignes. Que le Gouvernement cherche les moyens pour remédier à cette crise est une bonne décision. Toutefois, certaines dispositions   de ce projet de loi sont dangereuses pour les locataires du secteur social et pour la mixité dans nos logements.

 La réduction des délais d’expulsion dans le logement locatif

 Tous les locataires ne sont pas de mauvaise foi. Certains connaissent la maladie, le chômage, des accidents de la vie qui peuvent à un moment déterminé les amener à une situation de détresse. Ce n’est pas le moment de leur appuyer sur la tête mais bien de les soutenir et trouver les solutions pour leur permettre de sortir de cette mauvaise passe.

 Développer la mobilité au sein du parc HLM

Les locataires ne sont pas responsables de la pénurie de logements sociaux. La mesure proposée vise directement les familles qui ont élevé plusieurs enfants. Ces familles, qui ont, pendant tout le temps de l’éducation de leurs enfants, fait des sacrifices et participé à la richesse de la France, mais n’auront plus le droit au maintien dans les lieux et devront quitter leurs logements. Soit, si leurs revenus ont augmenté, elles devront tenter de se reloger dans le secteur privé, ce qui n’est pas évident compte tenu du montant des loyers dans certaines grandes agglomérations. Soit, il leur sera proposé un logement plus petit et n’auront plus la possibilité de recevoir leurs enfants et petits-enfants.

 Abaissement des plafonds de ressources pour l’accès à un logement social

Ce n'est pas en baissant les plafonds d'accès aux logements sociaux que l'on rend les Français plus riches. Le SMIC est, comme son nom l'indique, un salaire minimum. Sa progression ne veut pas dire que les Français ont vu leur pouvoir d'achat augmenter mais que le coût de la vie a augmenté.

Baisser le niveau d'accès aux logements sociaux aurait pour conséquence :

  • de mettre en difficulté les locataires des logements sociaux qui répondent aujourd'hui aux conditions de ressources et demain n'y répondraient plus. Ces derniers pourraient être obligés de quitter leurs  logements. Cette situation entraînerait une pression sur le secteur locatif privé, des augmentations de loyers du secteur privé et empêcherait ces locataires à trouver un logement équivalent à celui qu'ils auraient été obligés de quitter ;
  • nuire à la nécessaire mixité sociale et déséquilibrer les quartiers à forte densité de logements sociaux ;
  • provoquer une pression plus forte sur les communes, répondant déjà aux objectifs de la loi SRU, qui accordent des aides spécifiques aux familles aux faibles revenus ;
  • créer une plus forte demande sur les aides aux logements et notamment l'APL et accentuer le déséquilibre des caisses  d'allocations familiales.

Ce n'est pas en cassant le thermomètre que l'on guérit un malade.

Ce n'est pas en interdisant l'accès aux logements sociaux des personnes aux revenus moyens, notamment dans les secteurs où les loyers du secteur privé sont les plus élevés, que le nombre de logements sociaux construits augmentera.

Ce n'est pas sur les locataires des logements sociaux et les candidats à ces logements qu'il faut faire porter la responsabilité de la crise du logement.

 

Pour les locataires des logements sociaux ces aspects du projet de loi ne peuvent que les inquiéter gravement.

- Demande du gel des loyers au Président de la République Lire la suite
 

Indice de référence des loyers

3ème trimestre 2020 + 0,46 %
130,59
2ème trimestre 2020

+ 0,66 %

130,57
1er trimestre 2020
+ 0,92 %
130,57
4ème trimestre 2019

+ 0,95 %

130,26
3ème trimestre 2019 + 1,20 % 129,99
Soirée des Eco-gestes
Le prix de l’électricité augmente encore !
Audition de l'UNLI à l'Assemblée nationale
L’UNLI agréée association de consommateurs
L'UNLI, au service des locataires
©UNLI - Réalisation ABSONET SARL & AMANITE CREATIVE - Mentions légales - Contact
Avertissement sur la nature et l'usage des informations
Les informations exposées sur le site unli.fr ne présente qu’un caractère documentaire et de vulgarisation. Elles n’exemptent en aucune façon d’avoir recours à l'avis d'un professionnel du droit. Elles peuvent, malgré toute l’attention portée à leur rédaction, comporter des erreurs, omissions ou approximations ou ne pas avoir été mises à jour.